Historique et buts

Singla-Népal

Historique et buts

En 1998, lors d’un trek au Népal dans la région du Khumbu, Jean-Jacques est passé par le villagede Khumjung dans lequel les habitants, dont les  enfants, plutôt que d’aller à l’école, devaient parcourir de grands dénivelés et passer de nombreuses heures pour aller chercher de l’eau.

Ce village montagneux, situé à 3’800 m d’altitude, est atteignable en 3 jours de marche. Jean-Jacques raconta cette anecdote à Gérard et l’histoire aurait pu en rester là.

Lors de la création du Fonds de Mécénat de SIG en 2002, Jean-Jacques et Gérard demandèrent aux habitants de Khumjung de créer un « Water Committee », de faire un projet d’alimentation en eau de leur village et de le leur envoyer. C’est le guide local, Norbu Sherpa, qui se chargea de jouer les intermédiaires.

Le projet « Khumjung » fut retenu par les membres du fonds de Mécénat qui finança entièrement le projet.

Le projet tenait compte des conditions locales, pas d’électricité, pas d’équipement sophistiqué. Il fallait que l’installation puisse être réalisée et entretenue par les habitants.

Nous nous sommes rendus sur place pour contrôler et valider le projet que les habitants nous avaient proposé.

Nous avons fait analyser l’eau des sources pour être certain de la qualité des eaux captées.

Les travaux purent démarrer.

Jean-Jacques a repassé sur place à deux reprises et a pu constater l’avancement des travaux et le fonctionnement des installations.

Lors de ces différents séjours sur place, notre guide-traducteur Suke, qui a vécu toute la réalisation et avec lequel nous avons développé une grande amitié, nous a signalé que dans son village SINGLA, pendant la mousson, l’eau était de mauvaise qualité et de nombreux habitants, surtout les enfants étaient malades.

Nos deux compères invitèrent Suke à leurs faire parvenir un projet. À la première occasion, Suke remonta dans son village de Singla et avec les habitants établi un projet. Le Népal connut ensuite quelques années de troubles politiques, qui ne se réglèrent qu’en 2008. Jean-Jacques et Gérard refirent une demande de financement auprès du Fonds de Mécénat de SIG et l’obtinrent.

De manière similaire au projet « Khumjung », Jean-Jacques et Gérard se rendirent à Singla pour voir valider le projet et faire démarrer les travaux.

Lors de leur séjour sur place, Jean-Jacques et Gérard assistèrent à la rentrée des classes et purent voir les conditions très précaires auxquelles les élèves et les professeurs faisaient face: trois professeurs pour plus d’une centaine d’enfants, sur-occupation des petites classes vétustes, mobilier et matériel scolaire quasi inexistant, extension de l’école inachevée par manque de moyens,…

C’est ce soir-là que naquit l’idée de créer une association, dont le nom était tout trouvé. En plus de financer des projets d’adduction d’eau potable, Jean-Jacques et Gérard rajouteraient la notion éducative.

De retour en Suisse, Jean-Jacques et Gérard entreprirent de collecter des fonds auprès de privés et de collectivités publiques pour pouvoir financer à Singla l’engagement de deux professeurs supplémentaires, la finition des locaux inachevés et l’acquisition de matériel scolaire.Cette action pour l’école n’ayant de sens que si elle était pérenne,  Ils lancèrent aussi les bases de l’Association « Singla-Népal ».

La réalisation de l’alimentation en eau potable de Singla fut aussi un succès, ce qui suscita les envies des habitants du village de Lakshipot, situé de l’autre côté de la vallée.

Le projet « Lakshipot », qui prévoyait d’aller capter l’eau d’une source située à plusieurs kilomètres du village, fut en grande partie financé par le Fonds de Mécénat de SIG. Une collecte de dons permit de compléter le financement

Et c’est ainsi que l’Association, soutenue par des dons individuels, d’entreprises et de collectivités genevoises, ainsi que par SIG au travers du bénéfice lié à la vente des carafes « Eau de Genève », peut continuer son œuvre.

Tous les membres de l’Association sont des bénévoles, ce qui réduit les frais administratifs au strict minimum.

L’Association vise des projets qui s’inscrivent dans la durée et qui peuvent être techniquement assumés par les  bénéficiaires.